Télécharger : Les désorientés de Maalouf Amin en pdf

Extrait :

Je porte dans mon prénom l’humanité naissante, mais j’appartiens à unehumanité qui s’éteint, notera Adam dans son carnet deux jours avant le drame.Jamais je n’ai su pourquoi mes parents m’ont appelé ainsi. Dans monpays natal, ce prénom était rare, et personne dans ma famille ne l’avait porté avant moi.

Je me souviens d’avoir posé un jour la question à mon père, il m’avait simplement répondu : “C’est notre ancêtre à tous !”, comme si je pouvais l’ignorer. J’avais dix ans, et je m’étais contenté de cette explication. J’aurais peut-être dû lui demander, tant qu’il était en vie, s’il y avait derrière ce choix une intention, un rêve.Il me semble que oui. Dans son esprit, j’étais censé appartenir à lacohorte des fondateurs.

Aujourd’hui, à quarante-sept ans, je suis contraint d’admettre que ma mission ne sera pas remplie. Je ne serai pas le premier d’une lignée, je serai le dernier, le tout dernier des miens, le dépositaire de leurs tristesses accumulées, de leurs désillusions ainsi que de leurs hontes. A moi incombe la détestable tâche de reconnaître les traits de ceux que j’ai aimés, puis de hocher la tête pour qu’on rabatte les couvertures. Je suis le préposé aux extinctions. Et quand viendra mon tour, je tomberai comme un tronc, sans avoir plié, et en répétant à qui voudra l’entendre : “C’est moi qui ai raison, et c’est l’Histoire qui a tort !”Ce cri orgueilleux et absurde résonne constamment dans ma tête.

Il pourrait d’ailleurs servir d’exergue à l’inutile pèlerinage que j’effectue depuis dix jours. En retournant vers ma terre inondée, je pensais sauver quelques vestiges de mon passé et de celui des miens. Sur ce chapitre, je n’attends plus grand chose. Quand on cherche à retarder l’engloutissement, on court le risque de le hâter… Cela dit, je ne regrette pas d’avoir entrepris ce voyage.

Il est vraique chaque soir je redécouvre pour quelle raison je me suis éloigné de ma patrie natale ; mais je redécouvre aussi, chaque matin, pour quelle raison je ne m’en suis jamais détaché. Ma grande joie est d’avoir retrouvé, au milieu des eaux, quelques îlots de délicatesse levantine et de sereine tendresse. Ce qui me redonne, pour l’instant du moins, un nouvel appétit de vivre, de nouvelles raisons de me battre, peut-être même un frémissement d’espoir. Et à plus long terme ? A long terme, tous les fils d’Adam et d’Eve sont des enfants perdus.

Télécharger : Les désorientés de Maalouf Amin en pdf
Prev1 of 2
Use your ← → (arrow) keys to browse